dimanche 30 octobre 2011

Compte rendu d'un colloque sur les conflits d'Intérêts dans la recherche biomédicale

Ces quelques capsules rappellent les efforts immenses qui doivent être faits pour éliminer les conflits d'intérêts médicaux et la tendance des pouvoirs à vouloir simplement les "gérer". Quelques solutions sont proposées, comme un site central où seraient publiés tous les intérêts financiers des chercheurs.

Hooked: Ethics, Medicine, and Pharma: COI Update from the ASLME--Capsules

Le discours utilitaire a la cote dans les universités - Qui sert l'entreprise sert-il la société?

Réflexion très pertinente d'un observateur attentif des universités québécoises et de leurs efforts pour créer des programmes d'études supérieures qui leur donneront "une bonne niche de marché", au détriment d'une conception de la formation à la recherche moins axée sur l'entreprise. Le versant "formation" de l'économie du savoir dans lequel s'engouffrent plusieurs recteurs.

Le discours utilitaire a la cote - Qui sert l'entreprise sert-il la société? | Le Devoir

L'Humanisme, une idée neuve - Dossier de l'UNESCO sur le retour de l'humanisme notamment en science

Pour nourrir une vison alternative au néolibéralisme et à l'économie du savoir, notamment en science: un appel aux valeurs, à la responsabilité, au souci d'autrui.

Le Courrier de l'UNESCO | Organisation des Nations Unies pour l'éducation, la science et la culture

vendredi 28 octobre 2011

Quand l'expertise citoyenne révèle l'inefficacité des médicaments anti-Alzheimer

Une étude très intéressante, issue de l'implication de citoyens vigilants et non intimidée par la recherche biomédicale conventionnelle.

Par Sophie Chapelle
(28 octobre 2011)
Quatre médicaments anti-Alzheimer viennent de voir leur efficacité revue à la baisse par la Haute Autorité de santé en France. Cette réévaluation est liée au travail d’alerte mené par le collectif Formindep, qui a révélé les conflits d’intérêts entre l’autorité sanitaire et les firmes commercialisant ces médicaments. En l’absence de traitement curatif efficace et de véritable politique de prévention, la vigilance de ces associations lanceuses d’alerte est primordiale pour éviter de nouveaux risques sanitaires.
Quand l'expertise citoyenne révèle l'inefficacité des médicaments anti-Alzheimer - Santé - Basta !

Voir aussi comment l'association en question présente l'affaire, avec ironie.

Pas de principe de précaution ni de débat public sur les nanotechnologies malgré des indices très troublants...

Par Agnès Rousseaux (28 octobre 2011)
Magazine Basta!

Les nanoparticules de dioxyde de titane sont présentes dans les peintures, les cosmétiques, les crèmes solaires ou les revêtements autonettoyants. Le Commissariat à l’énergie atomique (CEA) a publié le 16 octobre une étude qui révèle que ces particules sont capables d’altérer ou de briser la barrière hémato-encéphalique qui protège notre cerveau. L’exposition chronique à ces nanoparticules « pourrait entraîner leur accumulation dans le cerveau avec un risque de perturbation de certaines fonctions cérébrales », précise le CEA. Et la présence de nano-TiO2 peut provoquer « une inflammation cérébro-vasculaire ».
Des études ont déjà montré la capacité des nanoparticules d’oxyde de titane à traverser la paroi cellulaire, endommager l’ADN et réduire les capacités cellulaires à réparer ces dommages. Une étude a mis en évidence que l’inhalation prolongée de nanoparticules de titane endommage l’ADN des cellules des poumons. Ces nombreuses études ont conduit l’Agence française de sécurité sanitaire de l’environnement et du travail (AFSSET) à recommander en 2010 d’« agir sans attendre au nom du principe de précaution » pour réduire les risques liés aux nanomatériaux, et notamment à limiter l’exposition du public aux produits contenant des nanoparticules de dioxyde de titane.
« Le dioxyde de titane nanométrique, dont on produit deux millions de tonnes par an dans le monde, pour en truffer les crèmes solaires, le dentifrice, les peintures murales, le béton et les vitrages autonettoyants, fait en ce moment son chemin dans des millions de cerveaux », conclut le collectif Pièces et Main d’œuvre. De nombreux autres nanomatériaux présentent un risque avéré pour la santé. Comme les nanotubes de carbone, utilisés dans le secteur des BTP. Les nanomatériaux sont pourtant de plus en plus utilisés dans de nombreux secteurs, comme dans l’alimentation, sans véritable contrôle ou étiquetage.
Comme auparavant l’industrie nucléaire ou les OGM, les nanotechnologies se sont peu à peu imposées sans véritable débat démocratique, et en dépit du principe de précaution. Les conclusions du Commissariat à l’énergie atomique invitent pourtant, une fois de plus, à se demander pourquoi les autorités publiques mettent tant de temps à réagir.
Lire le communiqué du CEA et l’étude publiée
Les nanoparticules peuvent endommager le cerveau - Nanotechnologies - Basta !

L'importance de publier les résultats de recherche biomédicale négatifs

Entrevue qui explique les différentes raisons qui pousse les chercheurs à publier surtout leurs résultats positifs, ceux qui "prouvent" la sécurité ou l'utilité des médicaments ou des vaccins, par exemple, laissant dans l'ombre les résultats négatifs, et les conséquences sur la recherche biomédicale de ces pratiques.

All Trial Data Must Be Disclosed: Rogawski Explains // Pharmalot

jeudi 27 octobre 2011

Économie du savoir - L'université n'est pas une entreprise | Le Devoir

Un excellent texte publié dans la page Idées du journal Le Devoir qui résume l'argument principal du livre Université Inc, par Éric Martin et Maxime Ouellet, chercheurs à l'IRIS.
Pour l’élite politique, les affairistes et les bureaucrates, le dossier est clos : pour que nos universités soient concurrentielles sur le marché mondial du savoir, il est impératif d’augmenter les frais de scolarité. Une telle hausse les sauvera de la faillite, garantira un enseignement de qualité et, ô miracle, ne limitera pas l’accès à l’éducation.
Université inc. démontre à quel point ce discours repose sur des chiffres tronqués et des arguments biaisés. Ce qu'il fait passer pour un plan de sauvetage de l'institution correspond en fait à un changement profond – et dramatique – dans son mode de financement. Plus encore : la conception de la culture et de l’enseignement qu'il trahit, on le réalise très vite, relève de la vulgarité bien comprise. Nous assistons en somme au pur et simple détournement de l’université vers des fins mercantiles.
Eric Martin est doctorant en science politique à l’Université d’Ottawa et chercheur à l’Institut de recherche et d’informations socio-économiques (IRIS). Maxime Ouellet détient un doctorat en études politiques de l’Université d’Ottawa. Il est actuellement professeur au Collège Lionel Groulx.

Éric Martin participera, avec Max Roy, président de la Fédération québécoise des professeures et professeurs d'université, à une table ronde intitulée "Les sciences sociales et humaines face à l'économie du savoir" le jeudi 17 novembre au Musée de la civilisation de Québec, à 16h30, dans le cadre de la Nuit de la liberté. Entrée libre, venez nombreux

Économie du savoir - L'université n'est pas une entreprise | Le Devoir

lundi 24 octobre 2011

Des neutrinos dans la culture

Cet article assez amusant du New York Times montre que les neutrinos "plus rapides que la lumière" ne sont pas seulement un enjeu scientifique. Ils font désormais partie de la culture populaire, comme le montre la chanson "Einstein and the Neutrinos" du groupe irlandais Corrigan Brothers.

Neutrinos Find a Place in Debate and in Pop Culture - NYTimes.com

Chronologie des travaux sur l'ACTA, le nouveau régime international de propriété intellectuelle que les pays signent discrètement

Une excellente chronologie des négociations entourant l'ACTA (Accord commercial anti-contrefaçon), incluant des hyperliens vers des articles parus à chaque moment important du processus. On y lit des négociations qui impliquent de nombreux acteurs et qui n'ont pas fait preuve d'une grande transparence, jusque dans l'adhésion des États.
Très utile pour qui veut mieux comprendre la nature du "brevet" et de la propriété intellectuelle en science. Une recherche de Guillaume Ledit, publiée sur OWNI.

Propriété intellectuelle mutante » OWNI, News, Augmented

US: Scientific Integrity Guidelines Set Lofty Goals that Have Yet to Materialize

Un bon article du blog Science progress qui fait le point sur la politique d'intégrité scientifique de l'administration Obama et qui constate que peu de choses ont changé, par exemple que rares sont les nouvelles politiques institutionnelles d'intégrité scientifiques qui ont été rendues publiques. L'article se termine en disant qu'il faut continuer à surveiller ce domaine et à mettre de la pression sur le gouvernement américain pour qu'il tienne ses promesses.

See no Science, Hear no Science, Speak no Science
SOURCE: UCS 2008 Science Idol Finalists/Raul de la Nuez


The Union of Concerned Scientists, or UCS, held a competition for science artists called Science Idol. Entering Science Idol is his "small contribution to a noble cause," says artist Raul de la Nuez. One of his cartoons received an honorable mention in last year's contest and appeared as a bonus cartoon in the 2008 Scientific Integrity Calendar.

Overdue and Underdone

dimanche 23 octobre 2011

Les scientifiques jouent-ils aux dés ? Livre critique des idées reçues sur la science


Les scientifiques jouent-ils aux dés ?

Les auteurs dissèquent dans cet ouvrage la nature même de la science afin d'analyser ce que l'on peut en attendre aujourd'hui et de définir ses limites.


Mai 2011
ISBN : 978-2-84670-379-6

Les scientifiques jouent-ils aux dés ?

Des sciences, des techniques et de l'ordre démocratique et participatif - article synthèse de Dominique Pestre, octobre 2011

Résumé: Cet article est un article de synthèse autour de la question des sciences, des techniques et de l’ordre participatif, aujourd’hui et dans l’histoire. Il ne vise pas l’exhaustivité, de toute façon impossible, mais à dire les questions et enjeux majeurs de ce champ. Il définit d’abord ce qui fait l’originalité de ce domaine, il présente ensuite quelques références théoriques et normatives, puis les approches empiriques abordant le surgissement du social ainsi que les études qui portent sur les modes de gestion instituée du différend. Il se conclut sur les interprétations qui ont été données de ce tournant participatif et normatif dans les études sur les sciences et techniques en société.
Dominique Pestre pratique l’histoire politique et sociale des sciences et techniques. Il est co-éditeur de nombreux ouvrages, notamment Science in the Twentieth Century avec John Krige, et du Dictionnaire culturel des sciences avec Nicolas Wittkowski et Jean-Marc Levy-Leblond. Ses livres d’histoire des sciences incluent Physique et physiciens en France, 1918-1940 ; Louis Néel, le magnétisme et Grenoble ainsi que History of CERN, en collaboration, 3 volumes. Ses derniers livres s’intitulent Heinrich Hertz, L’administration de la preuve (PUF) ; Science, Argent et Politique (INRA) ; Les Sciences pour la guerre, 1940-1960 (EHESS, avec Amy Dahan), Introduction aux Science Studies (La Découverte), et Historical Perspectives on Science, Society and the Political, Report to the Science, Economy and Society Directorate (Communautés européennes)

Article gratuit en ligne

Des sciences, des techniques et de l'ordre démocratique et participatif - Cairn.info

vendredi 21 octobre 2011

Un sérieux coup de frein aux recherches sur les cellules souches embryonnaires

La Cour de Justice de l’Union Européenne (CJUE) a décidé d’exclure du champ de la brevetabilité, les inventions de procédé permettant d’extraire des cellules souches embryonnaires lorsque ces procédés impliquent la destruction préalable ou l’utilisation comme matériau de départ des embryons.

Un sérieux coup de frein aux recherches sur les cellules souches embryonnaires. Par Thomas Roche et Cécile Boivin, Avocats - Village de la Justice, LA communauté des avocats, juristes, fiscalistes, notaires, huissiers, paralegals...

jeudi 20 octobre 2011

Trinh Xuan Thuan, l'homme qui remonte le temps. Portrait d'un astrophysicien humaniste

Un beau portrait d'un chercheur réputé, passionné et ouvert à tous les aspects de la culture, qu'il n'hésite pas à intégrer à ses recherches ou à son enseignement. Avec en prime une réflexion sur l'éthique des sciences qui ouvre une piste intéressante:
Son éducation confucianiste lui a donné une vive conscience de la responsabilité du scientifique, qui doit transmettre son savoir afin que chacun soit conscient des enjeux éthiques que soulèvent les progrès de la science. «La science ne donne pas de morale. Elle est comme la force d'un bras qui peut tuer ou sauver. Et chez les scientifiques, il y a des sales types comme Newton et des types bien comme Einstein.»
Le Figaro - Livres : Trinh Xuan Thuan, l'homme qui remonte le temps

mercredi 19 octobre 2011

Université Laval: un prof de théologie financé par le privé

Ça y est, le secteur privé achète des profs à l'Université Laval (Québec). Certes, ce n'est pas encore une industrie, mais la voie est tracée et même appuyée par le programme des "chaires en leadership en enseignement" du recteur actuel. Dans son commentaire, le recteur anticipe les critiques en expliquant que l'Université Laval a une politique qui "fonctionne très bien pour éviter les conflits d'intérêts". Quelle est-elle? Comment fonctionne-t-elle? On aimerait bien le savoir puisque tant de grandes universités ont des difficultés sur ce plan... De manière tout aussi nonchalante, le recteur explique que cette politique "a enlevé des rumeurs disant que c'est péché de faire affaire avec le privé". Il ne s'agit pas de péché! Pourquoi minimiser de cette manière une question majeure sur le rôle de l'Université et de sa place dans la société?? Comment obliger les dirigeants universitaires à prendre des positions beaucoup claires sur ces questions?

Université Laval: un prof de théologie financé par le privé | Marc Allard | Éducation

Voir aussi cette entente entre l'Université Laval et la banque nationale en septembre 2011

Suppression de postes: la pharmaceutique GSK invoque des raisons de compétitivité et d'efficience

Une petite nouvelle économique à mettre en rapport avec le grand discours de l'économie du savoir. Le gouvernement, hélas, joue bien son rôle en accordant d'importantes subventions ou crédits d'impôts à l'industrie pharmaceutique. Cependant, celle-ci, en retour, supprime des emplois. Il y a quelque chose qui ne tourne pas rond...

Suppression de postes: GSK invoque des raisons de compétitivité et d'efficience | Gilbert Leduc | Actualité économique

Voir aussi cet article du jour précédent.

La recherche est-elle encore indépendante ? Table ronde avec, entre autres, Jacques Testart, président de la Fondation sciences citoyennes

Un texte important, dans la ligne de la Lettre ouverte de l'Association science et bien commun du 6 octobre dernier. La science publique se privatise-t-elle pour devenir un moyen de faire de l'argent ? Où est passé le sens du bien commun?
Alors que l’initiative [de la Fête de la Science] fête ses vingt ans, impossible de ne pas évoquer le désenchantement qui frappe le monde de la recherche. Car, la science, elle, n’est pas à la fête. Faibles rémunérations, contrats sans lendemain, manque de reconnaissance et de financement public plongent les chercheurs dans une précarité impossible à conjuguer avec les conditions fondamentales de l’activité scientifique. Se pose la question de « comment faire de la science » sans que scientifique rime avec scienti’fric. table ronde entre Chantal Pacteau, secrétaire générale adjointe du Syndicat national des chercheurs scientifiques (SNCS-FSU). Emmanuel Saint-James, président de l’association Sauvons la recherche. Jacques Testart, biologiste co-concepteur de la fécondation in vitro, président de la Fondation sciences citoyennes
La recherche est-elle encore indépendante ? (paru dans L’Humanité le 14 octobre 2011) | Fondation Sciences Citoyennes

lundi 17 octobre 2011

Un rapport d'experts canadien cherche à stimuler l'Innovation

Un groupe d'experts vient de publier un rapport comportant des mesures destinées à faire mieux marcher l'économie du savoir au Canada, c'est-à-dire à appuyer les sources d'innovation dans les universités ou ailleurs. Si seulement cette volonté d'innovation englobait aussi l'innovation sociale dans l'intérêt général et pas seulement les innovations visant à booster l'économie et la grance industrie par la surconsommation...

Conclusion du rapport d'experts

Appuyées par un solide leadership et des principes rigoureux, et grâce à une action concertée, nos recommandations devraient aboutir à un système rééquilibré de soutien fédéral à l'innovation en entreprise. Celui-ci offrira un appui plus efficace aux entreprises innovantes, particulièrement aux PME, pour les aider à croître et à devenir de grandes entreprises canadiennes concurrentielles. La mise en œuvre du soutien fédéral à l'innovation en entreprise sera axée sur les résultats, novatrice et marquée par un esprit de collaboration. Tous les programmes feront l'objet d'un contrôle rigoureux au moyen de mécanismes d'évaluation de pointe. Le gouvernement du Canada aura assumé un rôle de chef de file en faisant de l'innovation une priorité pangouvernementale, et en engageant un dialogue national sur l'innovation auquel seront conviés les provinces, les entreprises et les établissements postsecondaires.

Hausser les frais de scolarité ne mènera pas à l’embauche de plus de professeur-es

Une analyse très intéressante de la façon dont les universités québécoises pourraient dépenser une hausse de budget découlant de la hausse des droits de scolarité: engager des courtiers de connaissances qui stimulent la recherche commercialisable plutôt que des enseignants...

IRIS – Blogue – Hausser les frais de scolarité ne mènera pas à l’embauche de plus de professeur-es

vendredi 14 octobre 2011

"Parlons éthique !" : 1er séminaire sur l'intégrité scientifique | Institut Curie

Une initiative très intéressante de l'Institut Curie à Paris.
A l’heure où la confiance en la science est parfois remise en cause, l’Institut Curie souhaite agir pour améliorer le dialogue entre les médecins, les chercheurs et la société.
Du 10/04/2012 au 10/04/2012, Cité internationale de Paris, 17, boulevard Jourdan 75014 Paris
Avec les séminaires « Parlons Ethique ! », l’Institut Curie s’engage dans une démarche de réflexion sur les enjeux de la science et de la médecine de demain. Le premier colloque aura lieu le 10 avril 2012 à la cité universitaire international. Il traitera de l’intégrité scientifique et sera l’occasion de sensibiliser chercheurs et médecins aux conséquences scientifique, économique et sociétale de ces manquements à la déontologie scientifique.
"Parlons éthique !" : 1er séminaire sur l'intégrité scientifique | Institut Curie

jeudi 13 octobre 2011

Analyse des subventions de recherche publique au Québec

Un billet de l'Association science et bien commun sur la difficulté de calculer l'influence de l'industrie dans le financement de la recherche publique au Québec.

Analyse des subventions de recherche publique | Association science et bien commun

Un nouveau site international de discussions et de ressources en éthique de la recherche: Global Health reviewers

Naissance d'une communauté en ligne ouverte aux chercheurs du monde entier, pour discuter d'enjeux ou de questions d'éthique de la recherche avec des participants humains. Son but est d'aider les comités d'éthique de la recherche à faire leur travail, surtout dans les pays où leurs ressources sont très limitées.

About Global Health Reviewers

This website is funded by the Bill and Melinda Gates Foundation. It is a resource for all those involved in the ethical review of research, particularly in resource-limited settings. A variety of materials and forums are provided to assist committee members reviewing differing kinds of research proposals.
Recognising that members of research ethics committees come from a range of disciplines, the site provides a glossary of terms used in medical research, as well as an overview of different study designs and the differing ethical issues raised by such designs. Global Health Reviewers is an interactive site providing confidential discussion forums for ethics committee members to raise issues they encounter when reviewing specific protocols, as well as open discussion forums for all of those with an interest in the ethical review of research. There is a section for sharing materials developed by committees such as application forms and templates for seeking consent. Further resources include answers to frequently asked questions about ethical review, as well as links to regional organisations supporting ethical review committees, and free online training courses in research ethics offering accreditation to ethics committee members. An extensive library of free resources is also available to members, including guidance and regulation on ethical review of research, reports on international research ethics, and academic literature on the ethical review of research. Global Health Reviewers.org is linked to Global Health Trials.org and Global Health Bioethics.org which provide further resources about scientific aspects of research and bioethics issues respectively.
http://ghr.globalhealthehub.org/

Article sur ce projet: Online forum seeks to boost work of ethics committees - SciDev.Net

mercredi 12 octobre 2011

Should you enter the academic blogosphere?

Un texte intéressant, qui pose notamment la question de la reconnaissance des blogs dans les dossiers académiques de permanence ou de titularisation. Toutefois, cette question n'arrive-t-elle pas un peu tard, alors que tant de gens "bloguent" déjà, chercheurs et non chercheurs, sans forcément se cantonner à leur statut professionnel? Autrement dit, c'est une pratique déjà bien réelle. La question doit plutôt être : Comment reconnaître ces blogs dans la tâche d'un chercheur?...

Should you enter the academic blogosphere? | University Affairs

mardi 11 octobre 2011

Du financement de projets à l'université comme entrepreneur social - University as social entrepreneur

Une lettre d'un administrateur universitaire expliquant sa vision de l'université comme "entrepreneur social", responsable devant sa communauté, plutôt que comme gestionnaire de projets qui doivent chercher du financement. Un modèle à explorer, où s'insèrent peut-être bien des services comme une boutique de sciences (par exemple, Accès savoirs dans la région de Québec).

Out with project funding and in with social entrepreneurship | Higher Education Network | Guardian Professional

samedi 8 octobre 2011

PHD Comics: Happening outside

Un excellent site de dessins humoristiques sur la vie d'étudiants gradués ou de jeunes chercheurs. Ce dessin de Jorge Cham montrant un mur épais et aucune fenêtre entre le laboratoire et la vie en général est très amusant et perspicace.

PHD Comics: Happening outside

Université : dans les pavés, le plagiat

Une très bonne revue de la question actuelle du plagiat à travers un résumé de deux "affaires" récentes impliquant des administrateurs universitaires en France. On est loin de l'utilisation de wikipédia par des étudiants paresseux..

Université : dans les pavés, le plagiat - Collectif PAPERA

Voir aussi cet article payant sur le site de journalisme en ligne Mediapart: "Quand des universitaires protègent un plagiaire".

Internet: Fraude et déontologie selon les acteurs universitaires

Un site très riche dedié à la recherche sur le plagiat dans le monde universitaire. Animé par une professeure de l'Université de Genève, Michèle Bergadaà, il propose des analyses, des témoignages, des enquêtes et des outils institutionnels pour lutter contre la tentation du plagiat. Ce site propose en particulier une liste des plus importants manquements à l'intégrité scientifique:

RÈGLES D'INTÉGRITÉ ACADÉMIQUE
Sont considérées comme des infractions académiques formelles :

1 - La publication sous son propre nom de résultats de travaux et de découvertes de tiers (plagiat).
2 - Le fait d’obtenir le statut de coauteur d’une publication sans avoir apporté de contribution essentielle au travail.
3 - L’omission délibérée des noms de collaborateurs du projet y ayant apporté des contributions essentielles.
4 - La mention volontaire d’une personne en qualité de coauteur alors qu’elle n’a pas contribué au projet.
5 - L’omission délibérée de contributions essentielles d’autres auteurs sur le même sujet (bibliographie incomplète).
6 - Les citations intentionnellement erronées tirées de travaux existants ou supposés de tiers.
7 - Les indications incorrectes sur le stade d’avancement de la publication de ses propres travaux (par exemple “publication en cours d’impression”, alors que le manuscrit n’a pas encore été accepté).
8 - L'autoplagiat, soit l'omission volontaire de référence à ses travaux antérieurs (par exemple la publication dans une langue d'un article déjà publié dans une autre langue).
Internet: Fraude et déontologie selon les acteurs universitaires

jeudi 6 octobre 2011

Public Attitudes to Science 2011 - Grande-Bretagne

Un rapport très intéressant, réalisé avec des méthodes variées: approche délibérative, résultats d'un sondage discutés collectivement. Mais de quel genre de science les Anglais ont-ils vraiment faim? De la science toute faite, bien lisse et sans aspérités lues aux incertitudes? Ou la science qui avance par essais, erreurs, intuitions et créativité?
Public Attitudes to Science (PAS) 2011 is the fourth in a series of studies looking at the UK public’s attitudes to science, scientists and science policy, building on previous research in 2000, 2005 and 2008. Ipsos MORI, in association with the British Science Association (BSA), conducted this latest study on behalf of the Department for Business, Innovation and Skills (BIS).
The research provides further evidence that the UK public values science and is interested in finding out about it:
  • Four-fifths (79%) agree that, “on the whole, science will make our lives easier” and over half (54%) agree that “the benefits of science are greater than any harmful effect”.
  • Four-fifths (82%) agree that “science is such a big part of our lives that we should all take an interest” and two-thirds (67%) think “it is important to know about science in my daily life”.
  • There is an appetite for hearing more about science, with half (51%) saying they hear and see too little information about science.
That is not to say people do not have concerns about science. Many are still concerned about what scientists choose to do “behind closed doors”, and the extent to which they consider the consequences of their work. More generally, the speed of development in science and a sense of science going against nature still worry many people. The extent of these concerns is topic dependent, with the survey indicating that, among the various topics explored, GM crops, nuclear power and animal experimentation are particularly contentious.
The research also highlights the challenge of public engagement with science. Fewer people say they feel informed about science, and scientific research and developments (43%) than say they do not (56%). In addition, while many are keen for the public to be involved in decision-making on science issues, most do not want to be personally involved.
Ipsos MORI | Poll | Public Attitudes to Science 2011

Lettre ouverte au scientifique en chef du Québec

Deux membres de l'Association science et bien commun ont publié ce matin dans le quotidien Le Devoir une lettre ouverte critiquant le choix du scientifique en chef du Québec de rencontrer la Chambre de commerce du Montréal métropolitain avant ses pairs et sans les avoir consultés. Cette lettre a été appuyée par près de 100 chercheurs de toutes les universités et de différentes disciplines, autant en sciences de la santé qu'en génie, sciences de la nature ou sciences humaines et sociales.

Libre opinion - Lettre ouverte au scientifique en chef du Québec | Le Devoir

Il est encore possible d'appuyer cette lettre et l'indignation qu'elle exprime en allant sur ce document.

Mise à jour: le scientifique en chef a dû répondre à la lettre et s'est engagé publiquement à soutenir la recherche non ciblée au Québec, tout en maintenant son intention d'intensifier les PPP dans la recherche scientifique. Voir les liens vers les articles du Devoir et de La Presse à ce sujet.

mercredi 5 octobre 2011

Energie nucléaire : Réfléchir avant d'agir dans les pays en développement

Un dossier spécial de l'excellent site Sci-Dev (Le réseau science et développement) sur les suites de l'accident de Fukushima: les pays en développement devraient-ils envisager cette option? Ou se concentrer sur les énergies renouvelables alternatives?
L'énergie nucléaire est une option attrayante dans le monde en développement. Notre Dossier spécial se penche sur les effets de l'accident de Fukushima sur les projets dans ce domaine, et sur les paramètres que les décideurs politiques doivent prendre en compte dans la comparaison de l'énergie nucléaire avec d'autres sources d'énergie.
Nouvelles relatives au l'énergie nucléaire dans l'après fukushima au service du développement - SciDev.Net
SciDev.Net - le Réseau Sciences et Développement – est une organisation à but non lucratif dont l'objectif est la diffusion d'une information scientifique et technologique fiable et faisant autorité dans le monde en développement.

Par le biais de notre site Internet (www.scidev.net), nous mettons l’information à la disposition des décideurs, des chercheurs, des medias et de la société civile, et animons un forum de débats sur la contribution que peuvent apporter la science et la technologie dans la réduction de la pauvreté, l’amélioration de la santé et le relèvement des niveaux de vie dans le monde.

Nous participons également au renforcement des capacités des pays en développement dans le domaine de la communication scientifique et technologique grâce à nos réseaux régionaux constitués d'individus et d’organisations dévoués, de guides pratiques et d’ateliers d'experts.

Bien que notre siège se trouve à Londres, nous disposons, pour nous aider dans la mise en œuvre de nos activités et de notre vision, d'un réseau mondial d'abonnés, de conseillers, de consultants et de journalistes indépendants, originaires pour la plupart de pays en développement.

Notre Vision
Notre vision est de permettre aux individus et aux organisations du monde en développement de prendre des décisions éclairées sur des questions touchant à la science et à la technologie, et ce faisant, faciliter l’intégration des connaissances scientifiques et de l'innovation technologique dans les politiques publiques, les programmes et les projets, dans le but de promouvoir un développement durable à tous les niveaux de la société.

mardi 4 octobre 2011

La géo-ingénierie : des projets de recherche qui évoquent l'apprenti sorcier

Compte rendu d'un rapport qui critique sans compromis les projets de géo-ingénierie qui prétendent répliquer aux changements climatiques. Ces expériences semblent pour le moins farfelues, évitent de remettre en question les pratiques qui sont à la source des changements climatiques et violent l'esprit des grands accords internationaux sur l'environnement. Quand la science semble complètement passer à côté de l'essentiel...

Les projets fous des apprentis sorciers du climat - Géopiraterie - Basta !

Draft guidelines for nanomedicine - lignes directrices pour la nanomédecine

Malgré leurs effets secondaires inconnus, les nanoparticules sont très utilisées dans plusieurs essais cliniques, notamment en oncologie. Elles sont manipulées par de nombreuses catégories de travailleurs du système de santé. Une équipe de recherche américaine vient de proposer des lignes directrices et un mode de gouvernance pour mieux protégés les humains qui entrent en contact avec des nanoparticules.

Draft guidelines for nanomedicine unveiled : Nature News

lundi 3 octobre 2011

La 30e Assemblée du Conseil international des sciences (ICSU) souligne les responsabilités des scientifiques

Founded in 1931, ICSU is a non-governmental organization with a global membership of national scientific bodies (120 Members, representing 140 countries) and International Scientific Unions (30 Members). The Council’s activities focus on three areas: planning and coordinating research; science for policy; and strengthening the Universality of Science. ICSU is frequently called upon to speak on behalf of the global scientific community and to act as an advisor in matters ranging from the environment to conduct in science.
Voici le communiqué de presse au sujet des responsabilités des scientifiques:

PRESS RELEASE 30 september 2011
Responsibilities of scientists underlined by scientific community

International Council for Science (ICSU) revises its Principle of Universality

Rome, Italy – The General Assembly of the International Council for Science (ICSU) today reaffirmed the universal values that should guide the conduct of science. It explicitly recognized the key social responsibilities of the scientific community that need to accompany the free practice of science. While the focus of the Principle of Universality of Science – which is central to ICSU’s statutes and a basic condition of worldwide membership of the ICSU family – has been on the preservation of scientific freedoms, ICSU is mindful of the need for scientists to pay equal attention to their responsibilities.
“The balance between scientific freedom and responsibility is not always easy to get right, but awareness of its significance and of the value of ongoing dialogue must be maintained within the scientific community.” says Bengt Gustafsson, Chair of ICSU’s Committee on Freedom and Responsibility in the conduct of Science (CFRS). “By extending its consideration of the long-established Principle of the Universality to explicitly include responsibilities as well as freedoms, ICSU has emphasized that this balance is critical both for science and society.”
The new wording of the Principle was approved today by the membership of ICSU at its General Assembly in Rome. It reads as follows:
The Principle of Universality (freedom and responsibility) of Science
The free and responsible practice of science is fundamental to scientific advancement and human and environmental well-being. Such practice, in all its aspects, requires freedom of movement, association, expression and communication for scientists, as well as equitable access to data, information, and other resources for research. It requires responsibility at all levels to carry out and communicate scientific work with integrity, respect, fairness, trustworthiness, and transparency, recognising its benefits and possible harms.
In advocating the free and responsible practice of science, ICSU promotes equitable opportunities for access to science and its benefits, and opposes discrimination based on such factors as ethnic origin, religion, citizenship, language, political or other opinion, sex, gender identity, sexual orientation, disability, or age.
Promoting good scientific conduct and preventing misconduct is critical for science as a whole, and for this reason ICSU’s CFRS was also heavily engaged in the organization of the second World Conference on Research Integrity in Singapore in July 2010. The Singapore Statement on Research Integrity, which stemmed from the event, was presented to the Assembly in Rome. The statement emphasizes the need for honesty in all aspects of research, accountability in the conduct of scientific research, professional courtesy and fairness in working with others, and good stewardship of research on behalf of others.
Gustafsson adds: “As our world evolves, there are continually changing challenges to the freedoms of scientists, and an increased onus on the scientific community to articulate and embrace its responsibilities. Whilst there can be national, and even disciplinary, differences in the way research is actually carried out, there are certain principles and responsibilities that are fundamental to ‘good science’. Given the unique position of scientists as the gate-keepers of new knowledge in today’s knowledge societies, respect for these values is critically important if confidence in science is to be maintained.”

Pour en savoir plus :
Howard Moore, howard.moore@icsu.org tel: +33 6 42 79 37 71.
5, rue Auguste Vacquerie, 75116 Paris, France. Tel: +33 (0) 1 45 25 03 29 Fax: +33 (0) 1 42 88 94 31 www.icsu.org

30th ICSU GA, Associated Meetings and Related Events — ICSU

dimanche 2 octobre 2011

Célébration de l'économie du savoir à Montréal les 5-6 octobre

D'après un sondage effectué en vue de ce "Rendez-vous du savoir" avec l'industrie, les entreprises québécoises sont moins nombreuses que celles du reste du Canada à collaborer avec les universités qu'elles voient essentiellement comme des pépinières de main d'oeuvre et de stagiaires. On dirait bien que la SQRI (Stratégie québécoise de la recherche et de l'innovation) n'a pas encore réussi à convaincre... Sauf la grande industrie privée qui ne se gêne pas pour "acheter" des pavillons sur les campus et pour financer des chaires de recherche sur les sujets qu'elles définissent et qui sont accueillies à bras ouverts par des dirigeants universitaires qui ne savent ce qu'est un conflit d'intérêts.

Pour lire le résumé du sondage: Les entreprises québécoises frileuses à collaborer avec les universités | Sylvain Larocque | Québec

Un bilan de l'engagement de l'Université Harvard dans sa communauté (Community Engagement)

Cet article résume l'ensemble des activités de Harvard destinée à sa région, notamment de la part des étudiants. Voilà un angle d'analyse de la "performance" d'une université tout aussi important que les millions de dollars obtenus par 2 ou 3 centres de recherche...

New report highlights depth of Harvard’s community engagement | Harvard Gazette